Se connecter
Articles de Presse......

Articles de Presse......


Toute l'association

Article de La République du Centre du 15/11/2016

Article de La République du Centre du 05/10/2016

Articles de La République du Centre du 05/09/2016

Article de La Nouvelle République de L'Indre et Loire du 22/08/2016

Indre-et-Loire - Orbigny - Cyclisme - prix féminin d'orbigny

Annie Thomas comme en 2013

22/08/2016 05:37

Thérésa Hoebanckx et Annie Thomas n'ont pas eu a forcer leur talent pour s'imposer. - (Cor. NR, S.B.)

Ce prix féminin d'Orbigny, au programme duquel figurait deux épreuves, n'a pas réuni de gros pelotons, c'est le moins que l'on puisse dire. Seulement 23 filles étaient là, 12 minimes-cadettes au départ de la première course et 11 juniors-seniors dans la seconde. Une situation qui désole Michel Chérouvrier, l'organisateur, pessimiste quant à l'avenir de cette manifestation : « J'ai vu cinquante filles au départ ici à Orbigny, plus vingt-cinq minimes – cadettes, se remémore le président de l'UCC Montrésor. C'était il y a un peu plus de vingt-cinq ans. Les choses ont bien changé depuis »
La Parisienne Laura Da Cruz, largement détachée, s'adjugeait le premier bouquet, deux jours après sa seizième place au championnat de France minimes-cadettes. La course dans la course, qui opposait Lucie Poussin et Anaïs Juigné dans le cadre du Challenge Crédit Agricole, a tourné à l'avantage de la première nommée. Mais la lutte n'est pas terminée et Anaïs conserve ses chances pour la victoire finale.
Quatre filles manquaient à l'appel chez les grandes, forfaits infiniment regrettable pour les organisateurs déjà en manque de partantes. Des quatre manquantes, Leah Ribeiro (CSM Villeneuve-la-Garenne) est la seule excusée. Elle avait chuté la veille au France juniors, s'est blessée et a cassé son vélo. Pour Juliette Poirier et Steffi Jamoneau, toutes les deux victimes de chute et encore convalescentes, c'était le retour à la compétition.
Thérésa Hoebanckx et Annie Thomas ont, comme prévu, dominé l'épreuve, réduite sagement de quinze à douze tours. Les duettistes du CG Orléans, club de Division Nationale, ont pris soin de ne pas écraser la course comme elles étaient sans doute capables de le faire.
Elles n'ont accéléré qu'à mi-parcours, suivies dans un premier temps par Madeleine Dibandi et Pauline Amartin, avant de partir définitivement seules. A l'arrivée, Thérésa Hoebanckx, vainqueur sortante, ne disputait pas la victoire à Annie Thomas, vainqueur à Orbigny en 2013, porteuse du maillot de championne de France master : « Nous sommes amies, du même club, nous n'allions pas nous déchirer à l'arrivée, souriait Térésa. Je suis un peu novice dans le vélo, Annie m'a tant appris, je lui doit bien ça ! », concluait celle qui possède neuf victoires à son tableau de chasse cette année.

Classements : 1. Thomas (CG Orléans), 59 km, 1 h 46'35'', 2. Hoebanckx (CG Orléans), 3. Dibandi (CSM Puteaux) à 2'03'', 4. Amartin P (CG Orléans) à 2'09'', 5. Amartin E (CG Orléans) à 5'30'', 6. Achard (CSM Villeneuve-la-Garenne) à 6', 7. Barritault (CG Orléans), 8. Rival E (US Saint-Herblain), 9. Rival L (US Saint-Herblain) à 7'06'', 10. Jamoneau (UV Angérienne), 11. Poirier (UV Descartes). M/C : 1. Da Cruz (CSM Villeneuve-la-Garenne), 29 km, 52'56'', 2. Brousse (US Créteil) à 1', 3. Souffache (EV Angers-Doutre) à 2'40'', 4. Liboreau (AAJ Blois), 1er minime, à 4'40'', 5. Trehin (Indre Vélo Passion), 6. Bernard (US La Châtre), 7. Chibois (AC Sud 28), 8. Poussin (VS Neuillé), 9. Juigné (PL Paul-Bert Tours), 10. Dussillol (US Saint-Pierre), 11. Maingault (UV Descartes).

Cor. NR : Serge Brard

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Sport/Cyclisme/Cyclisme/n/Contenus/Articles/2016/08/22/Annie-Thomas-comme-en-2013-2815666

Article de La Nouvelle République du Loir et Cher du 11/07/2016

Legrand passe la troisième

12/07/2016 05:35
Legrand devance nettement Gauthier?sur la ligne d'arrivée. - Legrand devance nettement Gauthier?sur la ligne d'arrivée. - (Photo cor. NR) Legrand devance nettement Gauthier?sur la ligne d'arrivée. - (Photo cor. NR)
 
Legrand devance nettement Gauthier sur la ligne d'arrivée. - (Photo cor. NR)

Le sociétaire du CG Gambetta a remporté son troisième succès depuis le début de saison dimanche à Saint-Romain en s’imposant en force à ses concurrents.

 

En ces temps de disette qui voient les organisateurs fréquemment confrontés à de trop faibles participations, ça n'aura pas été le cas dimanche à Saint-Romain où les organisateurs controis se félicitaient d'accueillir des pelotons bien garnis dans chacune des trois courses figurant au programme de la journée.

Une victoire synonyme de montée

Avec le thermomètre affichant 32 °C sur la ligne de départ, et comme il fallait s'y attendre, la chaleur aura joué un rôle déterminant sur le déroulement de l'épreuve. Ce qui n'empêche pourtant pas un rythme élevé d'entrée sur le sinueux circuit sillonnant le vignoble romanais. Cela se traduit par une échappée précoce de onze hommes parmi lesquels les expérimentés Brisson, Legrand, Estèves et Launay qui ont flairé le bon coup, tout comme le junior Gauthier qui n'est pas le moins actif dans cette action qui paraît bien audacieuse alors qu'il reste encore quelque deux heures de course.
Pourtant, à l'avant, on y croit, et avec une avance portée à deux minutes avant même le cap de la mi-course, on devine que l'affaire est sérieuse surtout que le peloton ne semble guère enclin à engager la poursuite. A deux tours de l'arrivée, c'est une attaque orchestrée par Legrand, Gauthier Estéves et Brisson et dès lors ils ne sont plus que quatre filant vers la victoire que va s'adjuger en force Fabrice Legrand pour devancer Gautier et Esteves. Le gros du peloton franchissait la ligne avec un retard proche de 10 minutes. « C'est ma troisième victoire cette saison et donc synonyme de montée, ce qui n'est pas pour me déplaire », analysait l'homme fort du jour. En lever de rideau Nicolas Kolovratk (D1/D2) et Olivier Michenet (D3/D4) s'adjugeaient les épreuves de la série pass'cyclisme.

Cor. NR : Michel Colin

Article de La République du Centre du 26/06/2016

Article du Berry Républicain du 13/06/2016

Cher > Cyclisme > Sancoins 13/06/16 - 06h00

Le prix du comité des fêtes venté et pluvieux

Fabrice Legrand (CG Orléans-Loiret) a coiffé Sébastien Galtié (ROMYA) sur la ligne.? - PH N.M

Fabrice Legrand (CG Orléans-Loiret) a remporté son duel au sprint, samedi, face à Sébastien Galtié (ROMYA) au terme d’une course à rebondissements.

Un léger vent soufflait, samedi, quand le peloton de cinquante-sept concurrents a pris le départ du prix du comité des fêtes de Sancoins, organisé par l'AC Sancoins.

Le champion du Cher, Rotrou (CC Vierzon), et Bordois (AC Cusset) se sentaient de ce fait pousser des ailes mais leurs ambitions étaient vite revues à la baisse par un fringant peloton.

Duel pour la victoire entre Galtié et Legrand

Besogneux, le duo se retrouvait à nouveau dans une échappée, cette fois accompagné de Galtié (ROMYA) et Levray (UC Varennes-Saint-Pourçain). Bordois ne pouvait suivre le rythme de ses quatre compagnons qui devaient être revus après trente-deux kilomètres de course.

Quatorze hommes prenaient alors les commandes sous un fort vent : Bernard (UC Châteauroux), Delaire et Bourgeot (AC Cusset), Aumeunier (Creuse Oxygène), Legrand (CG Orléans), Philippe (AC Sancoins), Demeautis (Saint-Jean-de-la-Ruelle), Godard (EC Bourbon), Lareure (UC Varennes-Saint-Pourçain), Meyer (JGS Nevers), Maynadie (VC Cournon d'Auvergne), Champouret (CC Varennes-Vauzelles), Soulet (US Cosne) et l'infatigable Legrand (CG Orléans). L'avance sur le peloton ne cessait de croître alors que Soulet décramponnait et que derrière, on s'organisait pour boucher le trou.

Le ciel, jusqu'alors menaçant, déversait une bonne averse qui provoquait la chute, heureusement sans gravité, de Dupont (Commentry).

L'échappée, certainement un peu trop consistante, se démembrait et Champouret, Delaire, Legrand et Galtié prenaient quelques longueurs d'avance sur leurs camardes répartis en plusieurs groupes.

On aurait pu s'attendre à une arrivée au sprint du quatuor mais Galtié et Legrand en avaient décidé autrement. Les deux costauds se présentaient pour la victoire en lançant le sprint de très loin, tenant le public en haleine. Un soupçon plus véloce, Fabrice Legrand s'imposait !

Le classement

1. Fabrice Legrand (CG Orléans-Loiret), les 90,1 km en 2h15'55'' ; 2. Sébastien Galtié (ROMYA), mt ; 3. Quentin Champouret (CC Varennes-Vauzelles), à 21'' ; 4. Julien Meyer (JGS Nevers) ; 6. Brice Maynadie (VC Cournon d'Auvergne) ; 7. Maxime Demeautis (Saint-Jean-de-la-Ruelle), tous mt ; 8. Pierre Lareure (UC Varennes-Saint-Pourçain, 1 er junior), à 1'50'' ; 9. Didier Philippe (AC Sancoins), mt… ; 11. Sylvain Artacho (MG Vélo Montluçon, 1 er PCO), mt… 57 partants, 57 classés.

Nadine Maréchal

Article de La République du Centre du 13/06/2016

Article de La République du Centre du 02/05/2016

Article de La République du Centre du 13/04/2016

Article de Ouest France du 11 Avril 2016

Article de La République du Centre du 9/03/2016

Article de La République du Centre du 18/01/2016

Article de La République du Centre du 23/10/2015

Article de La Nouvelle République du 14/08/2015
http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Sport/Cyclisme/Cyclisme/n/Contenus/Articles/2015/08/14/Qui-peut-battre-Annie-Thomas-2431605

Indre-et-Loire - Cyclisme - grand prix dames à orbigny

Qui peut battre Annie Thomas ?

 

Annie Thomas, toujours volontaire et combative, sera difficile à battre à Orbigny.

 

Les filles n'ont pas si souvent l'occasion de courir entre elles, aussi il convient de saluer l'UCC Montrésor et la commune d'Orbigny qui, chaque année, offrent des compétitions exclusivement réservées aux dames. Elles se tiendront dimanche. Les pass'cyclisme compléteront le programme de cette journée consacrée au cyclisme.

Annie Thomas (CG Orléans) connaît bien ce circuit usant d'Orbigny. Il lui convient à merveille. Elle y a brillé en de nombreuses occasions, même si l'an dernier Mélanie Bravard lui a fait mordre la poussière. Elle revient sur le terrain de ses exploits, dimanche, encore en position de force.

Juliette Poirier veut bousculer l'ordre établi

Pour l'Orléanaise, les années passent – elle vient d'être sacrée championne de France Masters 3 –, mais se ressemblent. La porteuse du maillot tricolore reste performante comme à ses plus beaux jours. Elle a déjà signé de nombreuses victoires cette saison. Elle est également leader du Challenge Cœur de France, épreuve qu'elle a gagnée l'an dernier. Autre critère qui joue en sa faveur, la qualité de ses équipières, Thérésa Hoebanckx et Agathe Auger. Annie et Thérésa ont réussi plusieurs fois le doublé, notamment à Descartes en avril où les Orléanaises ont réalisé un véritable festival.
Face à la puissance des filles du CGO, Pascaline Duchesne (VS Chartrain) et Mélanie Guédon (UC Montoire) devront faire bloc. La Francomtoise Hermance Jeannin (VC Pontarlier) représente un danger elle aussi. On se doute qu'elle n'a pas programmé ce long déplacement pour faire de la figuration.
Mélanie Labeyrie et Nicoleta Rolea (CM Aubervilliers) sont dans la même situation. Juliette Poirier (UV Descartes), 18 ans, n'aura quant à elle, on le suppose, aucun scrupule à bousculer l'ordre établi.

Départs des J/S à 15 h, M/C à 15 h 02, 15 et 6 tours, 73 et 29 km. Pass'cyclisme, départ à 12 h 30, 15 tours.

Cor. NR : Serge Brard

Suivez-nous sur Facebook

 

LA NOUVELLE REPUBLIQUE – Indre & Loire

Prix féminin de la municipalité à DESCARTES

Hoebanckx, Thomas, doublé du CG Orléans

Un podium de filles courageuses et talentueuses à Descartes : Annie Thomas, Thérésa Hoebanckx et Tyfen Dupas. - dr

               Une quarantaine de filles ont honoré le classique rendez-vous de Pâques à Descartes, le prix de la Municipalité. Une épreuve dont le circuit de 2,1 km, à peu de choses près, se divise en trois parties de longueur égale, une côte, une descente et une portion plate.

                Les minimes et cadettes entraient en lice les premières. La course a été dominée par une jeune fille aux qualités hors du commun, Lou Berland. Cette Charentaise, qui s'adonne également au triathlon, est extraordinaire. Elle n'a que 12 ans (née le 24 août 2002), et pourtant elle devance les cadettes, 16 ans, de plus d'une minute à l'arrivée. Ça promet…
Annie Thomas qui a gagné six fois cette épreuve était, quant à elle, le point de mire du peloton des juniors-seniors. Pas question de laisser la moindre liberté à l'Orléanaise.

                Mais, pendant qu'Annie Thomas monopolisait l'attention du peloton, Thérésa Hoebanckx, son équipière au CG Orléans, profitait intelligemment de la situation pour s'enfuir. Une fugue qui laissa de marbre l'ensemble de ses adversaires, trop occupées à surveiller la roue arrière de la grande favorite. Celle-ci, en partenaire loyale, s'est bien gardée de forcer l'allure. Et comme la fuyarde appuyait très fort sur les pédales, avalant la côte, à monter 32 fois, sans faiblir, elle prit rapidement un tour d'avance au peloton. Libérée de ses obligations, assurée de la victoire de son amie Thérésa, Annie Thomas se déchaînait à son tour.

                Elle partait à la conquête de la deuxième place, que convoitait aussi la valeureuse Nantaise, Tyfen Dupas. Ce doublé du Cercle Gambetta mettait un comble au bonheur de Thérésa Hoebanckx, une néophyte de 36 ans ! « J'ai démarré la compétition, seulement en août 2013, révèle-t-elle. Auparavant je pratiquais le cyclotourisme. Je dois beaucoup à Annie Thomas qui me prodigue de précieux conseils. Je ne regrette pas de l'avoir rejointe au CGO cette année. »

                Cette course de Descartes servait de championnat départemental aux Tourangelles. Élodie Christophe s'impose aisément chez les cadettes. La minime Lucie Poussin et Juliette Poirier se sont emparés des titres avec une confortable avance, elles aussi.

 

Les résultats

Dames Juniors/Seniors : 1. Hoebanckx (CG Orléans), 68 km, 2 h 04', 2. Thomas (CG Orléans) à 3'47'', 3. Dupas (UC Nantes) à 4'07'', 4. Rival Lucile (US Saint-Herblain) à 1 tour, 5. Rival Elodie (US Saint-Herblain), 6. Drotz (AC Châtellerault), 7. Dufour (CS Mainvilliers), 8. Poirier (UV Descartes), 9. Barritault (Naintré) à 2 tours, 10. Loury (ACV Ballan), 11. Menet (EV Angers-Doutre), 12. Alexandrine (CG Orléans), 13. Lelarge (PL Paul-Bert), 14. Isnard (CG Orléans).

 

Dames Minimes/Cadettes : 1. Berland (EC 3M), 36 km, 1 h 08', 2. Christophe (Guidon du Crochu) à 1'25'', 3. Trehin (Indre VP), 4. Souffache (EV Angers-Doutre), 5. El Ghouate (Saint-Satur) à 3'45'', 6. Poussin (VS Neuillé), 7. Rabouin (VS Monnaie), 8. Rigoreau (VS Monnaie), 9. Chesneau (VS Monnaie), 10. Geslin (Comité du Cher), 11. Liboreau (Vineuil), 12. Devilliers (US Argenton), 13. Juigné (PL Paul-Bert), 14. Dussillol (US Saint-Pierre), 15. Devanne (AC Bourgueil), 16. Heurtier (PL Paul-Bert).

Championnat 37 : Juniors-seniors : 1. Poirier, 2. Loury, 3. Lelarge. Cadettes : 1. Christophe, 2. Rabouin, 3. Devanne. Minimes : 1. Poussin, 2. Rigoreau, 3. Chesneau.

 

Cor. NR : S.B.

 

Les Liens :

Pierre ROLLAND Site : http://www.pierrerolland.fr/

Pierre Rolland Facebook : www.facebook.com/pages/Pierre-Rolland/253970257954835

 

 

Pierre Rolland, 4e du Tour d'Italie, une vraie dolce vita…

 

Pierre Rolland a terminé, dimanche, à 5’46” de Nairo Quintana, le vainqueur final.?Rigoberto Uran (2) et Fabio Aru ont complété le podium. - LUCA ZENNARO

Pierre Rolland a terminé, dimanche, à 5’46” de Nairo Quintana, le vainqueur final.?Rigoberto Uran (2) et Fabio Aru ont complété le podium. - LUCA ZENNARO

Le sociétaire du Cercle Gambetta, leader chez Europcar, a rappelé qu’il n’était pas seulement le coureur d’un seul jour. Avant la Grande Boucle...

Quatrième au classement général final ! Ne nous méprenons pas : ce que vient de réaliser Pierre Rolland (Europcar), ces trois dernières semaines sur les routes du Tour d'Italie, est à placer au rang des grandes performances cyclistes, sur le plan international. Car affirmer, à l'envi, qu'un Giro est moins dur qu'un Tour de France, ce serait faire preuve d'incompétence et d'amateurisme, au regard, notamment, du Monte Zoconlan, ascension proposée samedi au peloton et dont les passages offrant un dénivelé de 22 % n'ont pas d'équivalence dans notre pays, en terme de dureté. Analyse sur la prestation du coureur, domicilié à Orléans.

>>L'interview de Pierre Rolland après sa 4e place sur le Giro<<

1 Ses équipiers. Plus solides qu'espérés ? Premier grand enseignement de ce Giro : Rolland, promu leader de son équipe, a pu compter sur des lieutenants fidèles et endurants, membres d'une formation pourtant fraîchement intégrée au World Tour. L'Orléanais ne s'y est pas trompé en leur adressant « un grand merci ». Hommage, en particulier, à Romain Sicard, poisson pilote efficace tout au long de la troisième semaine. « Une pensée spéciale », aussi, pour Maxime Méderel, contraint à l'abandon « après la grosse chute de Montecampione » et pour Bjorne Thürau, « transit de froid » le jour du Stelvio. Un col escaladé au milieu d'un mur de neige, dans des conditions dantesques.

 

2 Le contre-la-montre. La vraie bonne surprise ? Assurément. Et c'est finalement, là, que se situe pour l'Orléanais le grand paradoxe de ce Giro. Car c'est signant le meilleur chrono de sa carrière, vendredi, sur les pentes du Monte Grappa (26,8 km), qu'il a perdu sa place sur le podium. Dépassé par Fabio Aru (Astana)… Plus généralement, le sociétaire du Cercle Gambetta a bataillé « face à des poids plumes et des petits gabarits ». Là, dit-il, « je savais que je ne serais pas à mon avantage. Les trois qui ont terminé devant moi au général étaient tout simplement plus forts. Aru va devenir un très, très grand coureur dans les années à venir, car il a beaucoup de classe ».

3 Un bilan. Contrasté ? C'est vrai. Encore un paradoxe… Car Pierre Rolland rentre chez lui, en bord de Loire, avec la médaille en chocolat. Lui qui a régulièrement tourné autour d'un succès d'étape, sans jamais toucher du doigt le Graal tant espéré… Ce fut le cas, en particulier, au sommet du Montecopiolo, au soir de la 8 e étape, lorsqu'il fut repris, à 400 mètres de la ligne, d'abord par Dani Moreno, puis par Diego Ulissi, finalement vainqueur : « Ce jour-là, j'aurais dû gagner ».

4 Pour autant, des motifs d'espérer ? Obligatoirement. Assurément. « Quand on fait le bilan de l'étape d'Oropa, on se rend compte que j'ai grimpé aussi vite que Quintana », résume le natif de Gien, avant de poursuivre : « À Montecampione, je me suis dit que j'allais essayer de le suivre, et c'est ce que j'ai réussi à faire. J'ai suivi Quintana ! Or, c'est lui qui est la référence pour les grimpeurs ». Au final, assure le double vainqueur d'étapes dans le Tour de France, « cela me donne confiance et cela m'ouvre des perspectives ».

5 Et maintenant ? Ce Giro a été pour Pierre Rolland une découverte. Un axe de progression, aussi. « Peu importe mon classement. Une chose est sûre : je sors grandi et plus fort de ce Giro ». Place, maintenant, au Tour de France (5-27 juillet), où on le retrouvera confronté à une pression, médiatique et populaire, qu'il a sans cesse cherché à fuir depuis le début de la saison… En attendant, Pierre Rolland va devoir se reposer. On sait qu'il récupère généralement assez bien. C'est l'une de ses forces. Son retour à la compétition est programmé lors des prochains championnats de France (29 juin à Poitiers). Très bientôt, donc…

 

 

Pierre Rolland 3e au classement général du Tour d'Italie

 

Pierre Rolland, le 27 mai. AFP PHOTO / LUK BENIES
 - LUK BENIES

Pierre Rolland, le 27 mai. AFP PHOTO / LUK BENIES - LUK BENIES

A l'issue de la 18e étape du Tour d'Italie cycliste,  l'Orléanais Pierre Rolland a accroché le podium. Le coureur d'Europcar est désormais troisième du général.
 
Ce jeudi, lors de la 18e étape du Tour d’Italie entre Belluno et le refuge Panarotta, l’Orléanais a réussi un beau coup en éjectant Cadel Evans du podium.
 
Très offensif dans le final, Pierre Rolland, natif de Gien, a terminé 13e à 2’49’’ du vainqueur colombien, Julian Arredondo (Trek). 
 
Il a ainsi gagné une place au classement général et monte même sur le podium (3e, à 3’29’’ de Quintana).

Le Tour d’Italie se termine dimanche, à Trieste. Pierre Rolland pourra-t-il se maintenir sur le podium du Giro ?

Ce vendredi, place au contre-la-montre en montée de 26,8 kilomètres, entre Bassano del Grappa et Cima Grappa. 

____________________

Classement général du Tour d'Italie après la 18e étape.

Nairo Quintana (COL/MOV) 77h58:08. 2. Rigoberto Uran (COL/OPQ) à 1:41. 3. Pierre Rolland (FRA/EUC) 3:29. 4. Fabio Aru (ITA/AST) 3:31. 5. Rafal Majka (POL/TIN) 3:31. 6. Domenico Pozzovivo (ITA/ALM) 3:52. 7. Ryder Hesjedal (CAN/GRM) 4:32. 8. Wilco Kelderman (NED/BKN) 4:37. 9. Cadel Evans (AUS/BMC) 4:59. 10. Robert Kiserlovski (CRO/TRE) 8:33. 11. Alexis Vuillermoz (FRA/ALM) 15:58. 12. Alexandre Geniez (FRA/FDJ) 19:18. 13. Ivan Basso (ITA/CAN) 21:25. 14. Maxime Monfort (BEL/LTB) 25:16. 15. Franco Pellizotti (ITA/AND) 27:04. 16. Hubert Dupont (FRA/ALM) 28:15. 17. Matteo Rabottini (ITA/NRI) 29:53. 18. Damiano Cunego (ITA/LAM) 39:18. 19. Andre Cardoso (POR/GRM) 40:42. 20. Michael Rogers (AUS/TIN) 41:38. ... 25. Samuel Sanchez (ESP/BMC) 51:42. 55. Julian Arredondo (COL/TRE) 2h01:26. 137. Nacer Bouhanni (FRA/FDJ) 3h52:46. 146. Sébastien Chavanel (FRA/FDJ) 4h02:13.

 

Pierre Rolland (Europcar) sera au départ du Tour d'Italie

 

Pierre Rolland, l'un des leaders de l'équipe Europcar, sera au départ du Tour d'Italie.

Jean-René Bernaudeau, le manager de l'équipe Europcar, l'annonce dans un entretien qu'il nous a accordé à la veille du départ du Circuit de la Sarthe. "On a un peu changé son programme, dit Bernaudeau. Il est au Pays Basque et il participera au Giro".

Des nouvelles de Pierre Rolland, La République du Centre du 13 Février 2014 :

Loiret > Cyclisme > Orléans 13/02/14 - 06h00

Le professionnel du CG Orléans débute sa saison, ce jeudi, avec le Tour Méditerranéen

Pierre Rolland effectuera, cette saison, une partie du programme ouvert aux formations du World Tour. Il y aura matière à bien faire, ici où là, si la forme et la chance sont au rendez-vous. - photo pascal proust

L’Orléanais parle d’une « remise en question » : sa préparation hivernale n’a pas ressemblé à la précédente… Une chose est sûre : le talent demeure intact.

«Je ne veux pas viser la victoire tout de suite, comme par le passé ». C'est avec des objectifs très mesurés que l'Orléanais Pierre Rolland (Europcar) débutera sa saison, ce jeudi, avec le Tour Méditerranéen, une épreuve disputée par étapes, longue de 640,8 km, dessinée dans les départements des Pyrénées-Orientales et du Var.

Voici donc le sociétaire du Cercle Gambetta Orléans-Loiret (CGOL) à l'aube d'une saison nouvelle. Une saison 2014 qu'il souhaite différente de la précédente, marquée par des soucis et un Tour de France mi-figue mi-raisin, en dépit du maillot à pois longtemps porté sur les épaules. « J'étais fort en juillet dernier, mais je n'avais tout simplement pas le bon feeling », dit-il.

Pierre Rolland dit s'être remis en question. Sa préparation des derniers mois a été différente. Aidée, il est vrai, par un temps clément qui lui a permis de rouler dans de bonnes conditions. En décembre, déjà, il indiquait être en avance sur ses plans de travail.

« Un gros bloc »

Préparation différente, donc, car retour à la compétition différé. Oublié le Tour du Gabon dès le mois de janvier. Oublié, aussi, dans la foulée, le Tour du Langkawi, à l'autre bout de la planète… Le vainqueur du dernier Circuit de la Sarthe a opté, cette année, pour un programme de course plus dense qui, si les pépins ne viennent pas le perturber, lui permettra de monter en puissance progressivement dans la perspective de ses deux grands objectifs de l'été qui arrive : le Tour de France (5-27 juillet) et le Tour d'Espagne (23 août-14 septembre).

Nouveauté de taille, cette saison, pour lui et ses équipiers : Europcar fait désormais partie du World Tour. Ce qui va autoriser l'équipe à participer automatiquement aux épreuves les plus prestigieuses du calendrier international, sans avoir à quémander une invitation aux organisateurs… Après le Tour Méditerranéen, Pierre Rolland évoque déjà « Tirreno-Adriatico ». Ensuite, se présentera « un gros bloc de courses jusqu'à Liège-Bastogne-Liège ». Référence, ici, à « la Catalogne, le Tour du Pays basque, l'Amstel et la Flèche wallonne ». Une fois ces rendez-vous passés, il sera alors temps de penser à la Grande Boucle. Mais nous n'en sommes pas encore là…

LE TOUR
Méditerranéen

640,8 kilomètres figurent au programme de ce Tour Méditerranéen 2014. L'épreuve se déroulera sur quatre jours, contre cinq auparavant. Le contre-la-montre individuel aura lieu la veille de l'arrivée finale, qui sera jugée au Mont-Faron.

Étape 1. Ce 13 février : Argelès-sur-Mer - Montagnac (196,3 km).

Étape 2. 14 février : Cadolive - Rousset (170,6 km).

Étape 3. 15 février : Lambesc - Saint-Rémy-de-Provence (63 km).

Étape 4. 15 février : contre-la-montre individuel à Saint-Rémy-de-Provence (18,2 km).

Étape 5. 16 février : Bandol - Toulon-Mont-Faron (192,7 km).

Laurent Coursimault

==================================================

Cyclisme : Pierre Rolland, cap sur le Tour de France et la Vuelta en 2014 !

Pierre Rolland (à gauche, à la rencontre des enfants et des éducateurs du Cercle Gambetta Orléans-Loiret. Photo: Daniel BEDRUNES

 

L'Orléanais Pierre Rolland, cycliste professionnel au sein de la formation Europcar, a passé son après-midi de samedi à l'Ile Charlemagne, à Saint-Jean-le-Blanc, aux côtés des licenciés et des éducateurs du Cercle Gambetta Orléans-Loiret, club où, la saison prochaine, il sera de nouveau licencié.

Sortie de plus d'une heure, jeu de questions-réponses entre les enfants et le double vainqueur d'étapes dans le Tour de France (Alpe d'Huez  et La Toussuire), simulation d'attaques en tête du peloton, autographes, remise de cadeaux : l'après-midi a pris fin autour d'un bon goûter, instant partagé par Martine Grivot, adjointe, chargée des sports à la mairie d'Orléans. "Un moment simple et agréable", a commenté le coureur.

Pierre Rolland a offert un maillot blanc à pois rouges à Jérôme Delafoy, le président du Cercle Gambetta Orléans-Loiret. Très discret ces dernières semaines, le coureur s'est livré à plusieurs confidences, à l'issue de la journée, au sujet, notamment, de ses objectifs à venir. L'an prochain, si son équipe est invitée à rejoindre le World Tour, sa saison sera orientée autour d'un axe principal : l'enchaînement Tour de France - Tour d'Espagne (Vuelta). C'est un objectif inédit !

Tous les détails, lundi, dans l'édition papier de "La République du Centre". 

Laurent Coursimault

 

Pierre Rolland prend le maillot à pois

 

La joie de Pierre Rolland avec le maillot à pois sur les épaules (AFP - Joël Saget)

Lors de cette deuxième étape du Tour de France, l’équipe Europcar aura tout tenté. Après David Veilleux et Thomas Voeckler, Pierre Rolland a placé une banderille dans l’avant-dernière difficulté de la journée. Une attaque qui lui permet de revêtir le maillot à pois du meilleur grimpeur.

Rolland: "C'était mieux d'être devant"

Huitième du Tour de France 2012, on attend beaucoup de Pierre Rolland. Mais il est vrai qu’on ne pensait pas le voir à l’attaque dès la deuxième étape. "Mon objectif principal était de prendre le maillot à pois du meilleur grimpeur. J’avais de grandes chances de l’obtenir. Et c’est chose faite ! Vous savez tout est important sur le Tour", explique le Français.

Une attaque portée au bon moment par le coureur d’Europcar. "Pour la victoire d’étape, je savais que je n’avais aucune chance d’aller au bout tout seul. Mais, je n’ai pas dépensé trop d’énergie. Au contraire, cela m’a permis de faire une partie de la descente qui était sinueuse à ma main. Finalement, ce n’était pas plus mal d’être devant".

L’ Orléanais qui ne s’étonnait pas non plus du rythme soutenu du peloton lors de cette étape. "Cela roulait très vite. Quand c’est court, il ne faut pas croire que les étapes les plus longues sont les plus difficiles. Souvent les plus courtes sont nerveuses et rapides. Et à la fin de cette étape tout le monde accusait un peu le coup", a-t-il confié.

David Veilleux également à l'attaque

Une équipe Europcar omniprésente tout au long de la journée. Puisque dès le départ de l’étape le premier Québécois de l’histoire, David Veilleux, à participer au Tour de France, avait pris l’échappée du jour avec Blel Kadri (Ag2r), Lars Boom (Belkin), et Ruben Perez (Euskaltel).

"C’était une étape idéale pour se montrer. J’ai tenté le coup même si je n’y croyais pas trop. Sincèrement je n’ai cru à aucun moment pouvoir gagner l’étape. Mais nous avons montré le maillot et Pierre Rolland a pris le maillot à pois. C’est un bon bilan".

 

Pierre Rolland, et maintenant ?

Pierre Rolland, « déçu » à son arrivée à Liège : « Je ne suis pas aussi fatigué que les autres années. Mais, bon, la course a été cadenassée ». - Pierre Teyssot

Le coureur du Loiret va s’intéresser de près au Tour de France avec, en mai, des repérages en montagne. Notamment du côté de l’Alpe-d’Huez…

En mai, chacun est censé faire ce qu'il lui plaît… Pierre Rolland, le coureur cycliste de la formation Europcar, sera, lui, dans les Alpes, afin de reconnaître certaines des étapes de montagne qui rythmeront le prochain Tour de France (29 juin-21 juillet). L'attention du Giennois, 24 e dimanche dans Liège-Bastogne-Liège, sera tout particulièrement portée sur le parcours entre Gap et l'Alpe-d'Huez (168 km), programmé le 18 juillet. Là où, en 2011, il s'était imposé en solitaire, après avoir distancé, dans le final, les Espagnols Samuel Sanchez et Alberto Contador.

Cette année, l'Alpe-d'Huez sera à escalader à deux reprises dans la même journée. Ce qui sous-entend qu'il faudra dévaler le col aux célèbres vingt et un lacets, avant de l'attaquer de nouveau par le pied, pour une ascension finale qui fait déjà saliver. « Or », précise Pierre Rolland, « personne ne connaît le côté où nous allons descendre, puisque nous ne l'empruntons jamais. C'est le versant où l'eau coule et la neige fond. J'y suis allé une fois, alors que j'étais en stage. Mais c'était impraticable. Je sais juste que la route est étroite. Sinueuse ». Potentiellement dangereuse.

Six ou sept étapes

L'Alpe-d'Huez ne sera pas le seul haut lieu de la prochaine Grande Boucle. « L'année passée, c'était facile. Il n'y avait que la Toussuire », rappelle le licencié du CG Orléans-Loiret. « Là, il y aura six ou sept étapes où l'on pourra envisager des choses », avance-t-il. Avec, notamment, le Ventoux, le 14 juillet. À l'occasion d'un profil qui ne lui conviendra pas à 100 %. « Ce sera une montée sèche, sans cols à gravir juste avant. J'aurais préféré le contraire ».

Ses adversaires, Pierre Rolland a commencé par mieux les cerner. Sans surprise, il y aura les Sky. « Une équipe avec des moyens énormes, capable d'embaucher des équipiers à même de pouvoir remporter de grandes courses », relève-t-il. Exemple avec Richie Porte, vainqueur du dernier Paris-Nice. Reste l'exercice du contre-la-montre où le protégé de Jean-René Bernaudeau assure avoir fait des progrès : « J'ai tout changé sur le vélo, de A à Z. J'ai maintenant un guidon spécial. J'ai enfin trouvé une position efficace et agréable ». Cela, c'est plutôt une bonne nouvelle…

LA Romandie

Pierre Rolland a annoncé son intention de prendre part à la 67 e édition du Tour de Romandie, qui se déroulera du 23 au 28 avril. Il s'agira de la 17 e épreuve de l'UCI World Tour 2013. À noter parmi les principales difficultés de l'épreuve l'enchaînement, dans la quatrième étape, du col des Mosses (18,8 kilomètres à 5,5 %), du col de la Croix (18,5 kilomètres à 6,8 %), par ses deux versants, et du Pas de Morgins (14 kilomètres à 3,3 %). Et ce, avant un contre-la-montre de 18,6 km tracé autour de Genève.

Laurent Coursimault
laurent.coursimault@centrefrance.com

 

Vendredi 5 Avril  2013

 

Pierre Rolland (Europcar et CGOL) a remporté la première course par étapes de sa carrière

Pierre Rolland (Europcar) a remporté à 26 ans la première course par étapes de sa carrière en s'adjugeant la 61e édition du Circuit de la Sarthe - Pays de Loire, vendredi à Saint-Vincent-du-Loroüer (Sarthe) à l'issue de la 5e et dernière étape.

Pierre Rolland (Europcar) a remporté à 26 ans la première course par étapes de sa carrière en s'adjugeant la 61e édition du Circuit de la Sarthe - Pays de Loire, vendredi à Saint-Vincent-du-Loroüer (Sarthe) à l'issue de la 5e et dernière étape.
Celle-ci a été remportée par le champion de
France de cyclo-cross, Francis Mourey (FDJ), avec une longueur d'avance sur Lloyd Mondory, au terme des 165,8 km contrôlés par une formation Europcar solide pour contenir une remuante équipe Sojasun.

"Aussi paradoxal que cela puisse être, il me manquait une course par étapes à mon palmarès", a déclaré Rolland, qui s'était illustré sur le Tour de France 2011 en gagnant l'étape de l'Alpe d'Huez, puis lors de l'édition 2012 en s'imposant à La Toussuire.
Le grimpeur, qui devance au final le Tchèque Jan Barta et le Suédois Tobias Ludvigsson de 10 secondes, avait pris le pouvoir jeudi en remportant avec panache la 4e étape au sommet du Mont-des-Avaloirs.
Vendredi, il a pu compter sur ses équipiers au cours d'une étape marquée par de nombreuses petites ascensions (30 au total) qui ont permis à quatre coureurs, dont Mondory, de s'extirper du peloton au km 53.
Mondory, seul rescapé à l'avant-dernier tour après le travail des formations Saxo-Bank et Europcar, a vu, à 13 kilomètres de l'arrivée, Mourey revenir sur lui puis le dépasser devant le peloton réglé par Jonathan Hivert.

 

 

Jeudi 4 Avril  2013

Pierre Rolland en jaune sur le Circuit de la Sarthe

 

La joie de Pierre Rolland qui enlève la 4e étape du Circuit de la Sarthe (MaxPPP - Ouest France - Thomas Bregardis)

Pierre Rolland a revêtu le maillot de leader du circuit de la Sarthe en s'imposant détaché dans la 4e étape courue sur 188,7 km entre Angers et Pré-en-Pail sur un parcours plutôt sélectif qui ne pouvait que convenir à des hommes forts. L'équipe Europcar avec Thomas Voeckler en coéquipier de luxe, a parfaitement bien préparé le terrain, pour permettre à Pierre Rolland de passer dans les meilleures conditions de la col de la Boucherie, avant d'attaquer à 7 km de la ligne pour un raid solitaire victorieux.

Dans des conditions difficiles, dans le froid et parfois sous la neige, le peloton a connu une journée éprouvante, d'autant que les attaques n'ont pas tardé, la première étant lancée après 30 km par Cyrille Bessy, Jimmy Engoulvent et l'Italien Marco Coledan. Malheureusement pour eux, après avoir compté plus de quatre minutes d'avance, les trois hommes vont se faire reprendre plus de cent kilomètres plus tard.

La course s'est alors décantée, au fil des kilomètres et des difficultés, avec plusieurs groupes et le leader australien Luke Durbridge (Orica GreenEdge) a complètement craqué et terminé l'étape avec près de 5 minutes de retard. Pierre Rolland est allé chercher un succès avec beaucoup de maîtrise. Le vainqueur de l'étape de la Toussuire sur le dernier  Tour de France a devancé sur la ligne l'Autrichien Stefan Denifi, et pris la tête d'un classement général bouleversé. 

Les classements:

Classement de la 4e étape:
1. Pierre Rolland (FRA/ Europcar), les 188,7 km en 5h33:16.
2. Stefan Denfil (AUT/IAM), à 9.
3. Tobias Ludvigsson (SWE/ARG), à 23.
4. Jan Barta (CZE/TNE), m.t.
5. Samuel Dumoulin (FRA/ALM), à 25.
6. Nicolas Edet (FRA/COF), m.t.
7. Tony Gallopin (FRA/RSH), m.t.
8. Rudy Molard (FRA/COF), m.t.
9. Julien Bérard (FRA/ALM); m.t.
10. Marcel Wyss (SUI/IAM), m.t.
    ...
   
Classement général:
1. Pierre Rolland (FRA/ Europcar), les 466,5 km en 12h44:39.
2. Jan Barta (CZE/TNE), à 10.
3. Tobias Ludvigsson (SWE/ARG), m.t.
4. Tony Gallopin (FRA/RSH), à 11.
5. Stefan Denfil (AUT/IAM), à 12.
6. Nicki Sörensen (DEN/SAX), à 17.
7. Mads Christensen (DEN/SAX), à 19.
8. Pierrick Fédrigo (FRA/FDJ), à 20.
9. Jonathan Hivert (FRA/SOJ), à 22.
10. Rory Sutherland (AUS/SAX), à 25.

 

 

Des Nouvelles de Pierre :

 Rolland vient d'affiner son programme

La République du Centre

C'est confirmé ! Le Giennois Pierre Rolland (Europcar) licencié au CGOL sera au départ, samedi, de la Classic Loire-Atlantique, 2e manche de la Coupe de France cycliste PMU, une épreuve disputée à partir de La Haye-Fouassière.

Après la Classic Loire-Atlantique, on retrouvera Pierre Rolland dans le Critérium international, La Route Adelie, le Circuit de la Sarthe, Paris-Camembert, le Tour du Trentin, Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Romandie, fin avril. Voilà qui bouclera la première partie de la saison du coureur. Avant, bien sûr, le Tour de France !

 

Pierre Rolland signe au… Cercle Gambetta Orléans Loiret !

 

Retour aux sources pour le Giennois, double vainqueur dans le Tour à l’Alpe-d’Huez à la Toussuire. Une surprise !

Le département du Loiret et, en premier lieu, le Cercle Gambetta Orléans-Loiret (CGOL) compte, depuis samedi, un licencié de plus. Et pas des moindres, puisqu'il s'agit du plus renommé et du plus talentueux de tous : Pierre Rolland, double vainqueur d'étapes dans le Tour de France. À l'Alpe-d'Huez en 2011. À la Toussuire, cette année.

L'information a été jalousement tenue secrète jusqu'au dernier moment. Autour de Jérôme Delafoy, le président du CGOL, quelques personnes seulement, qui se comptaient sur les doigts d'une seule main, étaient dans la confidence. Au point que Martine Grivot en personne, adjointe chargée des sports à la mairie d'Orléans, cherchait encore, samedi soir, à obtenir la confirmation de l'information. Une information qu'elle a, immédiatement, qualifiée de « géniale ».

Ces dernières semaines, Pierre Rolland, cycliste professionnel, coleader de la formation Europcar avec Thomas Voeckler, était encore affilié auprès de la Fédération Française de cyclisme (FFC) à Saint-Satur, dans le Cher. Et ce, aux côtés de Pascal Agogué, son premier entraîneur.

Le Ventoux, le 14 juillet…

Mais, reconnaît le jeune homme, « les gens avaient du mal à comprendre mon éloignement. J'habite à Orléans. Je suis né à Gien… » Aujourd'hui, cette nouvelle licence « me rapproche de ma ville. C'est un retour aux sources ». En effet, puisque Pierre Rolland a effectué ses débuts au Gambetta, lorsqu'il était cadet et junior.

L'arrivée, fin septembre, de Jérôme Delafoy à la tête du club orléanais n'a pas été étrangère à sa décision. « Avec lui et son équipe, il y a un nouveau projet qui se met en place, avec des petits. Cela me plaît plus que cette équipe de DN1 composée, ces derniers mois, à mes yeux, de coureurs un peu dépassés », assène-t-il. Et Pierre Rolland d'ajouter : « Le Gambetta a l'envie de faire monter des jeunes. De créer après, j'espère, un pôle junior. Des juniors qui deviendront des espoirs avec un club élite derrière, parce qu'il faut cela. C'est dans cette voie que l'on doit aller ».

Le retour de « Pierrot » a été officialisé lors d'un goûter offert aux jeunes du club, à l'Île Charlemagne. Des jeunes qui attendaient impatiemment le Père Noël. Surprise ! C'est, en fait, « Pierre Noël » qui est arrivé, pour orchestrer une distribution de cadeaux (pompes à vélo, sacs).

Pierre Rolland partira le 15 décembre en Corse pour un premier stage : le début de sa préparation dans l'optique du Tour de France. Le Tour, c'est un rendez-vous qui « m'obsède », dit-il. « Gagner au sommet du Ventoux, le 14 juillet prochain, cela me fait tout simplement rêver », lance-t-il, au sujet d'une Grande Boucle taillée pour lui. Rendez-vous est pris.

Article de La République du Centre du Mardi 11 Décembre 2012